Frappes philosophiques et sociétales 3.0 Index du Forum

Frappes philosophiques et sociétales 3.0
Forum de réflexion philosophique et sociétale

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Frappes philosophiques et sociétales 3.0 Index du Forum -> Réflexions sociétales -> Les inégalités et les injustices sociales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Philosophe 3.0
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 123

MessagePosté le: Jeu 8 Mar - 11:21 (2018)    Sujet du message: Si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode Répondre en citant

Si j'ai eu ma L3 et mon M1 au rattrapage et si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode.

De la L1 au M1, je me contentais d'assister aux cours et aux TD, je révisais les partiels et les examens, 1 à 2 semaines avant ces derniers, je relisais, jusqu'à les avoir compris, les TD et je travaillais essentiellement les annales, et j'en déduisais les résultats du cours les plus utiles à apprendre, dans cette optique.

Je ne travaillais pas les cours et leurs démonstrations, surtout de la L1 au M1, et je ne parvenais d'ailleurs pas à avoir les idées très claires sur ces dernières, surtout en algèbre linéaire et des groupes.

Mais, est-ce que je peux et est-ce que je veux, vraiment, travailler plus, et suis-je, réellement, prêt à quitter ma zone de confort ?

Rajout : J'ai fait, superficiellement, des mathématiques :

En réalité pour avoir un bon niveau général ou plus, dans cette matière, il faut s'investir dedans, bien plus que je ne l'ai fait, et s'investir plus, n'est pas quelque chose qui va de soi ou qui est naturel.

Les cours que j'ai eus, ont été pour la plupart, bons, consistants et bien théoriques, les TD que j'ai eus ont été bons, mais le niveau de la plupart des examens que j'ai eus, surtout à partir de la L3 dans l'université où j'étais, était moyen, comparé à celui d'autres universités et je n'ai eu malgré tout que des mentions passables de la L3 au M1, mais sans trop forcer.


En topologie générale de L3, le professeur aurait dû faire plus de dessins et de figures et nous donner plus de représentations mentales des objets généraux et abstraits qu'il nous présentait.


A noter que depuis tout mon cursus secondaire et supérieur, je n'ai jamais appris à et su prendre des notes.

D'ailleurs il est à noter que dans les cursus de mathématiques, les professeurs sont obligés d'écrire tout au tableau, et de fait, on n'a pas le besoin de prendre de note.


Dernière édition par Philosophe 3.0 le Mar 10 Avr - 20:34 (2018); édité 15 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 8 Mar - 11:21 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Philosophe 3.0
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 123

MessagePosté le: Jeu 8 Mar - 12:05 (2018)    Sujet du message: Si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode Répondre en citant

Même si je ne parviens pas à devenir maître de conférences, quoiqu'on puisse en dire, surtout par le côté recherche, c'est le domaine où je m'épanouirais le plus et où je seraisle plus productif :

Mais je dois me contenter d'un métier moins épanouissant et où je serai beaucoup moins productif.

Hormis les mathématiques, la philosophie générale de Tout, des sciences et de l'esprit, la philosophie morale, les neurosciences, et la composition musicale,

rien d'autre et en particulier tout ce qui a {à voir avec le|trait au} monde professionnel ne m'intéressent pas, et l'idée de devoir m'y engager à vie, m'est réfractaire car elle va à l'encontre de mes goûts et de mon grès, et crée, en moi, un profond malaise.

On ne s'engage pas à consacréer au moins 8 heures par jour, dans un travail qui ne nous apporte rien, {juste pour|hormis le fait d'} assurer nos besoins vitaux et matériels.


Revenir en haut
Philosophe 3.0
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 123

MessagePosté le: Sam 2 Juin - 11:24 (2018)    Sujet du message: Si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode Répondre en citant

Messages issus d'un forum :


maths a écrit:



Guillaume... qu'attends tu de nous ?

Il faut que tu comprennes que si y a des personnes qui réussissent c'est pas parce que tous leurs profs sont bons (j'ai intégré Normale Sup cette année et pourtant je peux te garantir que certains de mes profs étaient très mauvais). Seulement, pour y arriver, tu dois bosser, tout seul, et compenser la nullité des dit-profs.
Et oui bosser, voilà la clef du succès. Bosser, bosser et encore bosser.


J'ai été élevé dans un village pommé, et pourtant, tu vois, ça ne m'a pas empêché d'y arriver et d'aller à Paris.(et je ne suis pas une exception !!)
La réputation d'une école ne fait pas tout, loin de là. Ce qui compte avant tout c'est ton niveau, pas celui de l'établissement. Seulement, trop d'élèves n'ont pas conscience des enjeux de leur travail au lycée. "J'y arrives pas parce que mon prof est nul". Je dirais plutôt, j'y arrive parce que je m'en donne les moyens !




@Dans le primaire et le secondaire, les élèves ne sont pas autonomes et doivent apprendre à le devenir : De fait, les professeurs du primaire et du secondaire se doivent d'être bons. A quoi sert-il d'aller à l'école, au collège ou au lycée, si au final on doit se débrouiller tout seul, avec et par ses propres moyens ? : Ca a quelque chose de pervers et de déresponsabilisant vis à vis des professeurs du primaire et du secondaire. Ce n'est pas une démarche naturelle et qui va de soi pour un élève. maths fait partie des rares exceptions.

J'étais trop tourmenté et affaibli, psychologiquement, en Terminale S, que je n'ai pas eu la présence d'esprit d'apprendre par moi-même dans les livres, pour répondre aux défaillances de certains de mes professeurs. D'ailleurs, à l'époque, je n'osais même pas demander à mes parents de m'acheter une collection complète et exhaustive d'annabac pour me préparer aux épreuves du BAC, alors que cela aurait été possible. Mais la force de nos préjugés, de nos croyances et de notre ignorance, surtout si on n'en discute pas et s'ils ne sont pas remis en cause, à temps, peut avoir des conséquences sérieuses et fâcheuses sur notre scolarité.@


Citation:



L'apprentissage en maths est avant tout une aventure solitaire, et également le résultat d'un grand nombre de sacrifices. Arriver à être enseignant chercheur, c'est très valorisant du point de vue social et moral.
Mais au fond, quels ont étés les sacrifices, financiers, sociaux, personnels de ces personnes ?


Les parents n'aident pas pour l'apprentissage (d'ailleurs comment le pourraient-ils à part d'être prof de maths ?), mais si c'est leur rôle de t'aider à t'orienter, tu en es responsable et c'est à toi de te prendre en main et de choisir ton avenir. Être mature assez tôt, il faut l'être en France.


Je suis désolé si tu as été malade durant plusieurs années, mais il faut ouvrir les yeux. Il suffit de regarder le nombre de postes offerts, le nombre de candidats, et surtout leur profil ! Essai de regarder en avant, et évite de te lamenter et d'essayer d'expliquer pourquoi tu en es là, demande toi avant tout ce que tu veux faire de ta vie.




@C'est vrai : Le côté gratifiant d'une profession perd d'une bonne partie de son sens, de sa valeur et de son sel, si, par ailleurs, il faut faire, beaucoup de sacrifices, sur une longue période, pour y accéder. Peut-être des sacrifices que je ne suis pas prêt à endurer et à payer pour devenir maître de conférences.@

@Etre mature, assez tôt, ne se décrète, malheureusement, pas, et n'est pas quelque chose qui dépend, entièrement et totalement, de nous. Puis, à quoi sert-il d'en parler maintenant, quand il est trop tard ? C'est au collège et au lycée que j'aurais voulu entendre tous ces conseils.@

@Ca n'est pas si facile, ma vie est, sérieusement, compromise : Qu'est-ce que peut bien signifier "aller de l'avant", quand on n'a plus ou pas grand chose à attendre de la vie, du moins, sur le plan professionnel : Se résigner et se contenter d'un plan Z, c'est, finalement et fondamentalement, avoir renoncé à tout.@

Sylvain a écrit:



Tout dépend aussi de ce qu'on appelle "valeur" et "réussir". Pour ma part j'ai infiniment plus d'admiration pour Ramanujan que pour Bill Gates, par exemple. Pourquoi donc le seul critère de "réussite" est-il l'argent ou la "position sociale" ? Abel, il n'a pas "réussi" dans son genre ? Je ne dis pas qu'il faut que Guillaume s'entête à faire son 5ème M2 mais s'il est vrai qu'il faut se confronter à la réalité comme dit Ben (il me semble que c'est lui), il faut bien reconnaître que la réalité en question n'est pas belle et a de quoi déprimer un matheux. Quoi qu'il en soit je te souhaite bon courage et bonne chance Guillaume, dans tous les domaines de ta vie.




@C'est vrai, se confronter à la réalité, n'est pas, toujours, quelque chose, dont on va, nécessairement, sortir grandi et plus fort. Cela peut consister à se résigner à vivre une vie (encore) plus subie que choisie, une vie, essentiellement, médiocre, contraignante et non épanouissante, sans aucune perspective.@


Dernière édition par Philosophe 3.0 le Mar 5 Juin - 15:36 (2018); édité 8 fois
Revenir en haut
Philosophe 3.0
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 123

MessagePosté le: Sam 2 Juin - 15:28 (2018)    Sujet du message: Si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode Répondre en citant

Ben a écrit:
Il n'y a pas grand chose à répondre, à part peut-être que si tu considères que tu as "gâché" ton cursus universitaire jusque là, alors il est temps de
te prendre en main et de ne pas gâcher ta vie professionnelle en t'entêtant à vouloir faire un métier qui n'est pas fait pour toi : avoir tous ses diplômes de justesse et quadrupler le dernier traduit, pour moi, soit un manque d'intérêt pour la matière, soit un manque de capacités, soit un manque de
travail.






Je n'ai pas eu ma L1 de justesse, et mes résultats traduisent, essentiellement, un manque de travail qui s'est traduit par un retard en M2 R.

Citation:





L'argument de ta maladie ne tient pas : je connais plusieurs personnes qui ont la même affection que toi - sans parler d'autres maladies plus handicapantes - et qui s'en sont très bien sorties d'un point de vue scolaire (thèse et/ou agrégation sans quadrupler quoi que ce soit).






Honnêtement, j'aimerais te voir faire plusieurs rechutes au cours des ajustements de traitement.

Ne mettons pas toutes les personnes sur le même plan et question maladie du type qui me concerne, il y a autant de variantes que d'individus.

Mon niveau moyen, entre ma L1 et mon M1, de par ses insuffisances, a joué dans mon redoublement, lors de la 1ère année de M2 R, le nom de ma maladie n'était pas connu et j'avais un traitement insuffisant, et j'étais mal dans ma peau, surtout avant que la 1ère phase franche de ma maladie ne se déclara (même si je ne peux pas dire que j'ai, toujours, été bien dans ma peau, pendant cette phase), il aurait été impossible que je réussisse ce M2 R sans rattrapage et sans redoubler.

Ma maladie est apparue à la fin du 1er semestre de ma L2, sans qu'on sache, exactement, ce que j'avais, à l'époque, et en me prescrivant un traitement insuffisant, ce qui ne m'empêcha malgré une moyenne de 06/20 à ce 1er semestre, de compenser avec une moyenne de 14/20 au 2nd semestre, et d'avoir ma L2 de justesse. Alors que j'ai eu ma L1 et ma L2 du 1er coup, j'ai commencé à décliner et avoir ma L3 et mon M1 au rattrapage, puis à quadrupler mon 1er M2 R, pour finir par ne plus jamais réussir par la suite (du moins du 1er coup), sauf à obtenir 3 admissibilités consécutives entre 2014 et 2016, au CAPES externe de Mathématiques. Lors du 2nd semestre de mon 1er M2 R, suite à un arrêt de mon traitement pendant 3 mois, j'ai fait une phase franche de ma maladie, et on a pu savoir, exactement, ce que j'avais et après un ajustement qui a duré au moins 2 ans, par finir par me donner le bon traitement avec la bonne posologie. Il faut dire que cet ajustement aurait pu être plus rapide, si on ne m'avait pas fait accepter une étude, en pleine phase franche de ma maladie. Depuis l'apparition de ma maladie, c'est paradoxalement, au cours des périodes, où je me sentais le moins bien dans ma peau, que je réussissais, et de fait, il se peut que mon traitement actuel qui m'a permis de mieux me sentir dans ma peau voire bien dans ma peau, en étant plus apaisé, plus serein, plus tranquille et moins tourmenté, avec un plus grand confort de vie, même s'il m'a permis de réussir certaines épreuves lors de la session de rattrapage de ma première année de mon 1er M2 R et certaines épreuves de la 2nde année avec la session de rattrapage, ainsi qu'à mon mémoire de mon 1er M2 R, soit responsable d'une partie de ma passivité et de mes échecs, même si l'ancien traitement a été responsable, à la fois, dans un 1er temps, de mes réussites et dans un 2nd temps, de mes échecs.

Citation:





De plus, quand bien même tu parviendrais à produire une thèse dans les délais (3-4 ans, jamais plus de 5 en maths, sauf si on s'appelle Bogdanov
!) sache qu'il y a environ 300 thèses de maths soutenues par an, et plus de 200 qualifiés CNU sur les sections 25 et 26 (ceux qui ont le droit de candidater au concours MCF), pour moins de 100 places à ce concours.

Quant à l'Ethique de Spinoza, pour chercher un boulot, ça va t'aider ...

Et pour finir, reporter la responsabilité de tes difficultés scolaires sur ton orientation, ton lycée, ta fac, ou je ne sais quoi, cela révèle un manque de lucidité flagrant sur ton état. Dis toi bien que si, dans un contexte donné, certains y arrivent et pas toi, ce n'est pas le contexte qui est responsable de ton échec mais bien toi qui n'a pas fait ce qu'il fallait.






Il est fort probable que je n'ai pas pu aller en CPGE (où on est plus encadré qu'à la fac) parce qu'on ne m'a pas assez averti des enjeux à ce sujet, suffisamment tôt.

Après, je suis d'accord à la fac, je n'ai pas assez bossé, et de la L1 au M1, je relisais les TD en les comprenant, et je travaillais les annales des examens, 2 semaines avant les examens, et je sélectionnais les résultats du cours à apprendre, en conséquence. Je travaillais, très peu, le cours et les démonstrations, mais à l'époque je n'avais pas assez de recul sur ces derniers, surtout sur le cours d'algèbre linéaire et des groupes.

Mais, j'étais à côté de la plaque, concernant les conditions d'accès au métier de maître de conférences.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:00 (2018)    Sujet du message: Si j'ai commencé à échouer à partir du M2, c'est que outre ma maladie, je ne travaillais pas assez depuis la L1, et que surtout à partir de mon 1er M2, j'ai commencé à m'essouffler et à manquer d'efficacité et de méthode

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Frappes philosophiques et sociétales 3.0 Index du Forum -> Réflexions sociétales -> Les inégalités et les injustices sociales Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com