Frappes philosophiques et sociétales 3.0 Forum Index

Frappes philosophiques et sociétales 3.0
Forum de réflexion philosophique et sociétale

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Ce que mesure vraiment le QI

 
Post new topic   Reply to topic    Frappes philosophiques et sociétales 3.0 Forum Index -> Philosophie générale de Tout, des sciences et de l'esprit, et philosophie morale -> Connaissances actualisables et révolutionnables
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Philosophe 3.0
Administrateur

Offline

Joined: 16 Feb 2011
Posts: 182

PostPosted: Sat 9 Mar - 20:04 (2013)    Post subject: Ce que mesure vraiment le QI Reply with quote

Cf. aussi, "Les pouvoirs incroyables du cerveau : L'intelligence dévoilée" de Amine MESTARI

Effet Flynn : pourquoi les Français ont-ils un QI plus élevé qu’avant ?

DEFINITION, PART DE L'INNE ET DE L'ACQUIS DANS LE QI

De la médaille Field au prix Abel… La marque d’un certain génie (universitaire) français ?

Les gens trop intelligents font-ils de mauvais leaders? : Le contenu de cette page est contredit par le contenu de la page donnée par le lien qui suit, et qui semble beaucoup plus sérieux :

La pseudoscience des surdoués : Oui, mais il faut avoir une méfiance envers les discours scientifiques qui ne correspondent pas à la majorité des discours scientifiques, même si effectivement une bonne partie des HQI ou des HPI n'est pas prise en compte, et que la majeure partie des intervenants HQI ou HPI dans les commentaires, donc qui savent qu'ils sont HQI ou HPI et qui ont fait des tests, même à leur insu, n'est vraisemblablement pas représentative de l'ensemble des HQI ou des HPI. Par ailleurs, la plupart du temps, les parents d'un HQI ou d'un HPI, le remarque très tôt, en voyant que le comportement de leur enfant n'est pas dans la norme de celui d'un enfant de leur âge.

NB : Je ne suis pas HQI ou HPI.

Douance : FAQ Très Haut QI ou Très Haut Potentiel Intellectuel (supérieur à 145 = THQI ou THPI)

Jacques Grégoire : Concepts de l'intelligence et nouvelles façons d'aborder le cas des HPI

QI histoire d'une imposture - France 5

Le test de QI - Arnaque et danger

Test QI - Ce qu'il faut savoir

"Surdoués ? Et si ce n'était pas ce que vous pensiez... ?" Véronique Burban - Partie 1

Moi surdoué ? Ça n'est pas possible parce que...

être doué(e) c'est déjà bien! être surdoué(e) est-ce mieux ?

Caractéristiques du cerveau du surdoué

Le "surefficient mental" ou "profil atypique"

Surdoué ou psychotique ?

surdoué-surefficient-hyperfonctionnant-précoce-haut potentiel intellectuel

Je suis intervenu sur le forum du site "Futura Sciences", sous le pseudo "EPE2007", dans la discussion suivante : Effet Flynn, QI et désirs

NB : Ma position évolue au cours de la discussion mentionnée ci-dessus.



On sait qu'une suite logique finie, peut être completee de n'importe quelle facon :

Chaque question a un test de QI, qui comporte une suite logique, a completer (Matrices de Raven, par exemple), admet une infinite et n'importe quelle solution, et non une seule comme on l'admet couramment et aveuglement.

J'ai regarde le film "Crimes a Oxford", qui m'a donne cet argument, d'autres l'ont vu, mais tres peu d'internautes sont au courant, alors que cet argument, est evident, cela n'empêche pas qu'on entretienne le principe faux que chaque question d'un test de QI, n'admet qu'une seule solution.

Mais voici, l'argument cle qui justifie la relative pertinence des tests de QI, qui comportent que des suites logiques, a completer :

Un paragraphe du site "testintelligence.fr" nous dit que :

"Chaque question possede une et une seule reponse consideree comme juste.

Dans le cas ou plusieurs reponses semblent possibles, vous devez considerer celle qui est la plus simple ou la plus probable. " :

Donc avoir un QI eleve, consiste, entre autre, a voir la solution la plus simple ou la plus probable, cad la plus econome, dans les tests les plus compliques :

Il y a un rapport avec la minimisation de l'energie dans la nature, l'efficacite, et l'optimalite : C'est la regle fondamentale a connaître avant d'effectuer un test de QI.

C'est en partie, parceque les QI eleves ont ce type d'intelligence a un niveau eleve, qu'ils sont les mieux adaptes dans la societe, et sont les plus intelligents pour resoudre des casses-tête et des problemes lies a la nature.

Il y a bien une correlation significative, entre ceux qui ont un QI eleve et leur (originalite), (leur creativite), leur adaptabilite, leur milieu socio-culturel, leurs performances cerebrales et leur genetique.

En realite, les tests de QI, consistent en une panoplie|batterie de tests, qui evalue divers aptitudes et divers types d'intelligence correspondant à ces aptitudes, parfois liees a notre education scolaire ou a notre niveau d'instruction ou de connaissances.

Mais, d'après l'existence d'un facteur explicatif g, il n' y aurait en fait qu'une seule intelligence globale :

Le niveau d'intelligence dans une aptitude du test de QI, est fortement corrélé au niveau d'intelligence dans les autres aptitudes de ce test.

L'effet Flynn concerne, essentiellement, une hausse des scores, aux tests de QI, et plus particulierement, aux tests aculturels des matrices de Raven, de 3 points, tous les 10 ans, au cours des dernieres decennies, dûs aux manipulations de technologies, de plus en plus complexes, mais l'effet commence a atteindre ses limites :

S'il y a bien eu accroissement d'un certain type d'intelligence, dorenavant, cet accroissement se fait au detriment, des autres formes d'intelligence, par recyclage des fonctions neuronales.

La nature et l'accroissement de la scolarisation et du niveau d'études ont propagé les aptitudes nécessaires pour résoudre les tests de QI, dans la population générale, d'où l'effet Flynn, dans les pays développés.

Les "bepm", ont leur conscience etendue (par opposition à leur conscience noyau), trop étendue, et ne peuvent plus contrôler le flux de leurs pensees, qui deraillent, ce qui fait qu'ils ne peuvent pas faire de bons scores aux tests de QI, par contre les "bephm", ont une conscience etendue optimale, et peuvent contrôler un large flux de pensees et sont en position de faire de bons scores aux tests de QI.

L'humeur, tout comme la motivation, sont important dans la reussite des tests.

Je suis "b", et je m'echauffe l'esprit, en lisant des livres, en faisant des recherches et en naviguant sur internet, en m'adonnant a des activites intellectuelles qui m'interessent ou me passionnent :

Le danger est que je devienne "hm", puis que je m'emballe et que je fasse des "pm":

Je suis plus susceptible de faire des "pm", lorsque je m'adonne trop a et lorsque je suis trop drogue par des activites intellectuelles intenses qui me passionnent, et c'est problematique car je ne peux pas prendre mon pied au dela d'une certaine limite :

Pendant que moi, je suis en "pm", a partir d'un certain flux de pensees, les QI eleves ont vraissemblablement la capacite de les gerer, tout en etant et en restant en "pn".

Si, on a deja un bagage pour la composition musicale, la "pm" ou la "phm" est optimale et pertinente pour composer, la musique ainsi produite traduit a merveille et de maniere coherente, l'evolution progressive de notre humeur et de nos emotions, extraordinaires, riches et intenses, et ce malgre tous les delires qu'on peut avoir :

On a aucune inhibition, aucune barriere, aucun parasitage ou aucune interference.

NB : Toute la masse d'avis divergents, ou contradictoires en apparence, qu'il peut y avoir sur le QI :

C'est effrayant et angoissant :

On est presque sans cesse dans un mal-être, dans le doute et dans l'incertitude, permanents, et on a l'impression d'être depasse, noye et submerge, et qu'on ne viendra, jamais, a bout du probleme, ou pas avant tres longtemps : Le but est de determiner les corrélations significatives impliquant le QI, et de les expliquer en en faisant la synthese, or ces dernieres, sont plurifactorielles et entremelees, a outrance :

On ne trouvera donc jamais une explication simple pour expliquer ce que mesure le QI :

Il faut sans cesse remettre ses idees, en question, et parfois revenir sur des positions anterieures :

Ce que je dis ici, il en va, de même, pour d'autres themes.

Y a t-il un espoir possible de devenir un genie intellectuel ou quelqu'un de doue ou de talentueux intellectuellement, en ayant a la base un QI normal ?

Faut-il avoir au moins un certain QI, pour esperer devenir un genie intellectuel ou quelqu'un de doue ou de talentueux intellectuellement ?

Si, c'est non pour la 1ere question, alors si on a un QI normal, même en faisant de notre mieux, dans les meilleurs conditions possibles, et dans les meilleures circonstances, on est condamne par nos limitations intrinseques a ne jamais pouvoir devenir un genie intellectuel ou quelqu'un de doue ou de talentueux intellectuellement, et c'est profondement injuste et c'est même intolerable, surtout que les neurosciences sont pour le moment et seront pour longtemps, dans l'incapacite de nous sortir de notre sort.

Je sais, il y a le cas particulier, des idiots savants ou de certains autistes Asperger, tres doues ou tres bons dans certains domaines, et totalement deficients dans d'autres, mais il y a aussi des autistes Asperger qui ont de tres gros QI.

En fait, le QI mesure et est un indicateur [Rajout : de nos capacités intellectuelles ou de notre potentiel intellectuel fluides, et des nos capacités intellectuelles ou de notre potentiel intellectuel cristallisés : Je préfère employer le mot "capacités" ou le mot "potentiel" plutôt que le mot '"intelligence"] de l'etendue de nos connaissances et de notre culture generale, ainsi que de la puissance et de nos performances cerebrales cognitives, globales, et non de notre intelligence, qui depend aussi et avant tout de l'usage qu'on fait de notre cerveau, ainsi que de nos capacités, de nos performances, de notre sensibilite et de nos capacités emotionnelles :

Un cerveau plus puissant et plus performant (c-à-d avec plus de potentiel), et mal utilise, peut être moins efficace qu'un cerveau moins puissant et moins performant et bien utilise.

De plus, la notion de performance, depend du type d'environnement ou elle a lieu et ou elle se deroule, mais apparemment les haut potentiels ont ete selectionnes avec des performances selectionnees par l'evolution, c'est donc qu'il y a une part d'adaptabilite directe ou indirecte, dans le fait d'être un haut potentiel avec ces performances.

Certains peuvent avoir des performances locales plus grandes que celles des autres, le QI peut en tenir compte, mais n'est pas representatif de ces performances locales.

Un cerveau plus puissant et plus performant, comprendra, memorisera et apprendra plus vite que les autres et aura ou gagnera de l'avance sur les autres.

Au cours de l'adolescence, le cerveau peut perdre ou gagner de l'avance sur les autres, a hauteur de 20 points de QI.

Les interactions avec l'environnement peuvent ameliorer ou diminuer, les performances du cerveau.

On pourrait s'attendre a ce que tous les hauts potentiels soient plus adaptes a leur environnement et en particulier, a leur environnement scolaire, or il n'en est rien, car celui-ci ne propose pas toujours d'environnement adapte a leur epanouissement et leur developpement intellectuel, plus curieux et plus friand que les autres, en nourritures sensorielles et intellectuelles.

On remarque qu'avoir un QI plus eleve, peut nous donner de l'avance sur les autres, en particulier lors des concours pour les grandes ecoles, et faire toute la difference, en terme de selection et de carriere professionnelle :

20 % de la reussite professionnelle est imputable au QI, et 80 % au QE ou les deux.

En fait, moyennant des performances cerebrales normales, on peut moyennant des etudes et des efforts suffisamment pousses, obtenir un bagage de connaissances et de culture generale, suffisant pour atteindre un QI de 120 a 125, cad un QI suffisant pour pouvoir eventuellement faire partie de l'elite politique, socioculturelle et scientifique de haut niveau, mais pour faire partie de cette elite, il faut souvent aussi avoir aussi un certain QE :

Mais le plus important, c'est l'utilisation et l'usage qu'on fait de cette performance, de ces connaissances, de cette culture generale et de nos aptitudes emotionnelles :

Il est evident que plus on en a, plus on peut exercer notre intelligence dessus, et plus en retour, on peut les faire croître, les ameliorer et mieux les organiser, etc ... .

La motivation augmente le QI, momentanement, cad les performances cognitives, momentanement.

En ayant un capital cognitif et (socio)culturel normal cad de 100, on peut esperer en faisant des etudes et des efforts suffisamment pousses, en obtenir un de 120, 125 selon l'echelle allant jusqu'a 200.

Deux intelligences egales, disposant chacune d'un capital cognitif, emotionnel et (socio)culturel, differents et non equivalents, n'auront pas la même puissance d'interaction et le même impact.

De plus il y a interaction et retroaction entre l'intelligence et ce capital.

Remarque : Certains comptent la puissance et les performances, cerebrales cognitives (en particulier fluide et innée), parmi les criteres d'intelligence (Exemple : Rapidite de traitement de l'information, reactivite plus grande).

Mais contrairement à ce que j'ai dit plus haut :

La résolution de problèmes logiques, lors des tests de QI, ne relève pas, seulement, que de notre puissance, de nos performances et de nos capacités cérébrales fluides, mais peuvent relever aussi de celles qui sont cristallisées, et peuvent révéler une certaine forme d'intelligence.

La baisse de nos activités et de notre train de vie intellectuels et l'isolement social font baisser notre QI et inversement.


Le QI est un des indicateurs de performance et de puissance cérébrale de traitement des informations (donc cognitives) plus ou moins complexes (rapidité, mémoire de travail, concentration, flexibilité cognitive, motivation, acuité et perception sensorielle plus ou moins développée, humeur plus ou moins positive et stable, outils de représentations, plus ou moins puissants et efficaces).

Surdoué (Wikipedia) : "La quantité d'informations stockées et la durée de stockage étant proportionnelles au QI du sujet, c’est ce qui leur permet d'être très efficaces."

détection, discrimination perceptive, stockage de l'information et rappel, mise en relation et comparaison des informations, plus efficaces.
 
Le QI implique une part de génétique, mais pas seulement, il implique aussi une part de motivation, d'humeur, d'environnement sensoriel stimulant, d'un travail sur soi pour l'améliorer.

Je ne compare pas les performances humaines aux performances des ordinateurs, mais ici l'analogie est pertinente :

Un ordinateur puissant, mal utilisé, sera moins efficace qu'un ordinateur moins puissant, mais mieux utilisé.

Les HQI ou les HPI, les THQI ou les THPI, les TTHQI ou les TTHPI, aux cerveaux très performants, ont eu par moment de gros casses-tête à résoudre, nécessitant et mobilisant des représentations temporaires ou non, de haut niveau, c-à-d des représentations nécessitant et mobilisant beaucoup de mémoire de travail, de concentration, d'énergie, d'effort, de capacités, pour un homme lambda, ainsi que beaucoup plus d'agilité mentale, casses-tête qu'un QI lambda n'aurait pas pu résoudre et pu en venir à bout.

Les HQI ou HPI, les THQI ou les THPI, les TTHQI ou les TTHPI saisissent d'un seul coup des représentations complexes, et sont capables de les manipuler et d'opérer sur elles, en conséquence.


Même si on ne peut pas inférer qu'avoir un QI de 150 correspond à avoir un cerveau (cognitif et sensoriel) équivalent à 1,5 fois celui d'un QI normal : Dans la pratique, avoir un QI de 150 correspond au moins à avoir un cerveau (cognitif et sensoriel) équivalent à 4 à 5 fois celui d'un QI normal, si ce n'est peut-être bien plus.

Mais si les différences entre les HQI et les personnes normales sont plutôt d'ordre qualitatif que quantitatif (ce qui est contredit dans un des documents donnés dans l'entête), est-ce que la phrase ci-dessus a toujours un sens ?


https://www.philo-et-societe-2-0.com/t145-Ma-dicussion-de-2019-intitulee-Cardinal-quantitatif-sur-le-sous-forum-Shtam-sur-Les-mathematiques-net-meritait-elle-d-etre-fermee-et-que-je-sois-banni.htm#p236


Last edited by Philosophe 3.0 on Sat 14 Dec - 00:32 (2019); edited 8 times in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 9 Mar - 20:04 (2013)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Philosophe 3.0
Administrateur

Offline

Joined: 16 Feb 2011
Posts: 182

PostPosted: Thu 4 Oct - 20:25 (2018)    Post subject: Ce que mesure vraiment le QI Reply with quote

D'après un passage du livre intitulé "L'illusion méritocratique" de David Guilbaud :

Les aptitudes mesurées par le QI correspondraient à celles exigées par les normes de réussite sociale et donc, de fait, par les normes de réussite scolaire.


Idriss Aberkane dit plutôt que, comme, les exigences mesurées par le QI correspondent à celles exigées par les normes de réussite scolaire, et comme les meilleurs emplois sont attribués de préférence, à ceux qui ont les meilleurs résultats scolaires, ceux qui ont les meilleurs emplois sont, tautologiquement, aussi ceux qui ont les meilleurs QI.


Reste le fait de savoir si cette façon d'attribuer les emplois est la meilleure.

NB : Plus les capacités, les habiletés et le potentiel intellectuels des salariés sont grands, même s'ils ne correspondent pas à leur intelligence à proprement parler (qui elle est relative à ce que l'on fait de notre potentiel et la façon dont on l'utilise), plus ils sont synonymes de performance et d'efficacité, dans le monde du travail, dans les tâches {nécessitant|demandant} des capacités cognitives, c-à-d des capacités dans le traitement et la gestion des données et de l'information, et des ressources intellectuelles.


Last edited by Philosophe 3.0 on Thu 21 Feb - 21:09 (2019); edited 12 times in total
Back to top
Philosophe 3.0
Administrateur

Offline

Joined: 16 Feb 2011
Posts: 182

PostPosted: Wed 20 Feb - 10:15 (2019)    Post subject: Ce que mesure vraiment le QI Reply with quote

Plus on a un QI élevé, plus notre matière blanche est dense et plus notre matière grise est interconnectée (c-à-d plus notre cerveau est interconnecté) et inversement, et donc plus nos capacités de traitement de l'information sont grandes.

Ce qui expliquerait en grande partie, l'existence d'un facteur g comme unique facteur explicatif du QI, et le fait qu'après 25 ans et surtout après l'enfance, on ne peut plus vraiment agir pour accroître notre QI, car nos marges sont faibles :

En effet, après 25 ans et surtout après l'enfance, la densité de la matière blanche interconnectée est définitivement fixée.

Les termes d'intelligence générale ou d'habileté mentale générale sont interchangeables.

Mais je dirai, que l'intelligence est ce qu'on fait de nos habiletés et de notre potentiel mentaux ou intellectuels (et non nos habiletés et notre potentiel mentaux ou intellectuels, eux-mêmes)

Par exemple, Minkowski était haut potentiel et était bien meilleur étudiant que Hilbert, et pourtant l'ensemble des travaux de Hilbert l'emporta sur ceux de Minkowski.

Jordan Ellenberg auteur de "L'art de ne pas dire n'importe quoi" et professeur à l'Université du Wisconsin (aux USA), est haut potentiel et pourtant une partie de ses collègues qui n'ont pas son QI, sont aussi bons voire meilleurs que lui.


Il n'y a donc pas que les potentialités, le potentiel et les habiletés mentales ou intellectuelles qui comptent, mais aussi ce qu'on en fait et le travail qu'on est prêt à investir.

Mais de fait, il faut admettre, de manière fataliste, que certains travaux exigeant un travail intellectuel très poussé, très complexe, très technique, très abstrait, peuvent être, définitivement, hors de portée des personnes aux QI trop bas ou en dessous d'un certain seuil suivant la nature de ces travaux, par exemple, certains travaux intellectuels très poussés, très complexes, très techniques, très abstraits, sont, définitivement, hors de portée des personnes aux QI dans la moyenne ou en dessous de la moyenne.


Par ailleurs, si on suppose l'existence du facteur g, alors être bon dans une ou plusieurs disciplines intellectuelles est fortement corrélé avec le fait que si on avait choisi et si on en avait décidé, autrement, et si on s'était orienté et formé différemment, on aurait été bon dans n'importe quelle autre discipline intellectuelle.


Last edited by Philosophe 3.0 on Sat 14 Dec - 14:07 (2019); edited 2 times in total
Back to top
Philosophe 3.0
Administrateur

Offline

Joined: 16 Feb 2011
Posts: 182

PostPosted: Thu 26 Sep - 16:49 (2019)    Post subject: Ce que mesure vraiment le QI Reply with quote

Être surdoué, est-ce vraiment un avantage ?

"D'où viennent de telles aptitudes ? De leur cerveau. Des neuropsychologues ont montré que les surdoués sont capables de stocker deux fois plus d'informations en mémoire à court terme qu'une personne au QI de 100. Or plus cette mémoire est efficace, plus on peut enregistrer de données et créer des liens entre elles. Michel Habib, neurologue au CHU de la Timone à Marseille, souligne que le cerveau des hauts potentiels présente des faisceaux de substance blanche (*) plus épais que la moyenne, ces câbles neuronaux améliorant alors la connexion entre des régions éloignées du cerveau (voir ici et ici). « Cela leur permet de prendre en compte les informations extérieures et de puiser dans leurs savoirs de façon plus rapide. Leur cerveau bouillonne. »"

Haut potentiel: ces esprits décalés qui boostent la société

Cet article donne une définition trop large des HP comparée à celle définie par un QI >= 130.

De plus, il est abusif de dire que la plupart des personnalités médiatiques et politiques, sont HP.

Surdoué

"Bien que ce potentiel intellectuel exceptionnel ne se manifeste pas toujours par des réalisations exceptionnelles, on parle de « haut potentiel intellectuel »."

"Le fait que les surdoués auraient un mode de pensée différent des non-surdoués est souvent exposé. Chacune de leurs idées produiraient une cascade d'autres idées, alors que chez les non-surdoués, chaque idée n'amènerait qu'une seule autre idée50. Pourtant, la notion de pensée en arborescence n'existerait pas dans la sphère scientifique. Seule la notion de pensée divergente s'en rapprocherait ; mais elle ne serait [en] aucun cas spécifique à une partie de la population. Et lors des épreuves pour évaluer cet aspect de la pensée, si les surdoués peuvent effectivement avoir des scores un peu plus hauts, les autres enfants se montrent tout autant disposés à produire des idées multiples à partir d'une autre51."

"Quand on veut donner des exemples de « surdoués », il y a généralement confusion entre « surdoués » et « génies » alors qu'exception faite des « génies méconnus » (qui sont parfois seuls à prétendre l'être dans l'attente d'être reconnus), seuls ceux de cette dernière catégorie laissent une trace dans l'Histoire et font progresser l'Humanité tout entière54. Le plus souvent, on tombe dans la déviance actuelle qui consiste à affubler du qualificatif de « surdoués » tous ceux qui font quelque chose qui sort de l'ordinaire dans n'importe quel domaine, même si cela n'a pas d'autre intérêt que de sortir de la norme. Dans la pratique, il est presque impossible de donner un profil type de surdoué dans la mesure où il y a quasiment autant de personnalités différentes que de surdoués."

Sur une page web, je ne sais plus laquelle, il est dit qu'il y a un saut qualitatif de nature et de complexité du langage à partir d'un QI de 140-145.

La pseudoscience des surdoués


Back to top
Philosophe 3.0
Administrateur

Offline

Joined: 16 Feb 2011
Posts: 182

PostPosted: Fri 13 Dec - 23:30 (2019)    Post subject: Ce que mesure vraiment le QI Reply with quote

Même des salauds, des ordures, des pervers et des êtres immoraux, peuvent être des hauts potentiels.

Les hauts potentiels ne sont pas, nécessairement, tous, parés de toutes les vertus du monde et en particulier morales.

Et de tels êtres sont très dangereux car ils peuvent plus facilement manipuler et convaincre leur entourage et utiliser leur potentiel à de mauvaises fins.

L'express-Les nazis, le QI et la bonté


Back to top
Philosophe 3.0
Administrateur

Offline

Joined: 16 Feb 2011
Posts: 182

PostPosted: Sat 14 Dec - 14:01 (2019)    Post subject: Ce que mesure vraiment le QI Reply with quote

Cf. Antonio.R.Damasio :

Il existe des personnes qui ont gardé un QI élevé, malgré des lésions cérébrales et qui sont devenues incapables de prendre de bonnes décisions dans la vie, grâce à leurs émotions et leur expérience.

Donc le QI à lui seul, ne suffit pas à faire ou à prendre de bonnes décisions.

Il faut en plus le "QE" c-à-d le quotient émotionnel.


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Frappes philosophiques et sociétales 3.0 Forum Index -> Philosophie générale de Tout, des sciences et de l'esprit, et philosophie morale -> Connaissances actualisables et révolutionnables All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group